KAROL KORSKI

Karol Korski masters the technical parameters to provide to the listener the sensations of a musician playing live. This fusional cohabitation gives to records, which are played through Karol Korski's speakers, a musical listening of an extreme quality, while each note or tone is delivered in its purest expression. The quality of the sound is an important matter, as well as the aesthetic. Karol Korski's Speakers, true musical sculptures, embellish the places where they coexist, thanks to their charm and their beauty. The expertise of Karol Korski in the field of measurements, his acoustic researches, electronics, anti-vibrations and anti-resonances allow him from 1974 - with methacrylate and altuglas, and glass since 1989 - to add a personal and meaningful interpretation of all the technical aspects.
« MY RECOGNITION OF SOUND GENIUSES SUCH AS WALKER, JENSEN, AND BRIGGS LANSING WITHOUT WHOM ... »

CUSTOMIZED
MUSICAL
SCULPTURES

Karol Korski is particularly careful in the selection and installation of his speakers : Lightness of the membrane, strength of the magnetic field, absence of lag, impulse of speed, acoustic filtering, selected components and wiring. To reach this quality of sound, it is necessary to use separate accoustic volumes, paired speakers, relevant acoustic charge tested, proved and compared with the best existing global standards - Alec Lansing, Eighteen Sound, Electro Voice, JBL, Kinoshita, Outline, RCF, TAD, Urei - to provide a sumptuous sound image. Under their simple and uncluttered appearance, these speakers represent a formidable challenge for prestigious sets of high-fidelity of the market.

Karol Korski


A half century of musical passion


unlimited


1961/1963 - Studied industrial drawing and machines' mechanics.
1965 - Electronic Brevet.
1967 - Built his first pair of 3-channels speakers with Audax kit.
1969/1972 - Realizations on demand of installations (Quad), for music passionates, actors, industrialists, lawyers. First altuglas speakers.
1974 - JBL assign him to the presentation of the "Salon du Son" and begins a period of passionate researches in electro-acoustic giving birth to heavy systems up to 2 tons, on the Japanese and U.S. model described and sublimated by the French journalist Jean HIRAGA.
1979/1985 - SPK society (Société Produits Karol).
1982 - Presentation the SPK models « Salon du Son ».
1984 - Brevet of an antivibration concept.
1990 - Registration INPI of 5 glass models: Karol Korski first creator of glass speakers.
1991 - FIAC, triangulare speakers made of plexi.
1992 - Collaboration with the sculptor Arman for common task, subwoofer.
To 2000 - Exhibitions in about ten galleries, Paris, Courchevel, Honfleur, glass speakers made of altuglas.

Until now - He continued his researches, with one new installation per year, Karol Korski imagines new creations, while incorporating technical improvements. Altuglas elements, but also the design a soundscape where technical elements are invisible to better blend in with the decor.

TAMED SONOROUS
TRUTH

For the love of rock, Karol Korski would have loved to play the guitar. In exchange, he decides to offer to his passion an exact restitution of the sonorities. No sound should escape to the listener. Ear informed or otherwise, he should capture the notes in all their tonalities, from the most subtle to the most low, without forcing. The music is there, full and entire, instruments and voices occupy the space, the pleasure is total ... The diversity of listening places and the quality of possible applications generate a heterogeneous demand. A wide variety of creations is possible, achieving the realisation of exceptional instllations for audiophiles customers. Karol Korski, customized speakers in relation with his obsession, a true-to-life sound, to which a perfectly integrated aesthetic is added in its environment.

                                                                                 
Mohammed ELLIQ : ENS Louis-Lumière, La cité du Cinéma
Enseignant d'électronique appliquée à l'audiovisuel
Responsable du département d'électronique
Docteur en électronique


Olivier DEFAYS : Saxophoniste

Dominique MAFRAND : Journaliste Haute Fidélité

Hubert KONRAD : Galeriste Audiophile

Willy LEWIS : Batteur des Chats sauvages, Cloclo, Frank Alamo, Paul Anka et Chuck Berry.

Pierre SEBAOUN : Pianiste, musicien et importateur exclusif Mitsubishi

Tayed KERAOUN : Ingénieur Audio

Didier TEZE : Responsable des ventes à La Maison de La Hifi

LAURENT : Musicien Chef d’Orchestre

En tant que saxophoniste, je suis souvent amené à « confier » mon son à un ingénieur du son que ce soit pour un enregistrement de studio ou un concert. Ce que  je souhaite dans ces cas là  ,c’est que le micro puis les enceintes reflètent le plus fidèlement possible le son de mon instrument , en fait, Mon son, celui que j’essaie de peaufiner depuis que je pratique cet instrument en travaillant la colonne d’air, en choisissant soigneusement mes instruments de travail: (saxophone , becs, anches ,ligatures ). Bien souvent, toute cette chaîne qui va de l’instrumentiste au pavillon du saxophone (d’où le sort le son) , cette chaîne patiemment élaborée se retrouve brisée avant d’atteindre les oreilles des auditeurs par le simple fait d’une mauvaise prise de son, de mauvais réglages, d’interventions  intempestives de l’ingénieur du son qui cherche à recréer le son à sa manière en faisant intervenir les effets multiples que la technologie actuelle permet ou tout simplement à cause de mauvais matériel (micro ,ampli, ou enceintes). Ce dont un musicien rêve , c’est  une technologie qui soit la plus transparente possible , la plus neutre possible afin que lorsqu’il écoute un enregistrement de son instrument, il retrouve tel quel le son qu’il entend intérieurement le son qu’il souhaite produire. Cette transparence, cette fidélité  je les ai écoutées , retrouvées dans le son produit par les enceintes élaborée par Karol. J’ai eu l’occasion d’écouter un disque que j’ai récemment enregistré avec mon quartet de jazz composé de 2 saxophonistes ténors, un organiste et un batteur. Je dois dire que j’ai été «  réconcilié » avec le son de cet album en l’écoutant dans d’aussi bonnes conditions.  Tout d’abord , la présence. J’avais la réelle impression d’entendre mon quartet dans la pièce .Chaque instrument bien défini dans sa disposition géographique , aucun effet de mélange des timbres , chaque instrument trouvant sa place sans écraser  l’autre . Et puis bien-sûr ,la fidélité :  Chaque instrument fidèlement reproduit dans toute l’étendue de ses fréquences:  du grave de la grosse caisse à l’extrême aigu des cymbales pour la batterie, la ligne de basse  bien distincte des notes aiguës du clavier supérieur de l’orgue électrique , les 2 timbres bien différenciés des 2 saxophones étaient aussi  larges dans le registre grave  que chaleureux et puissants dans  le médium et cristallins sans être stridents dans l’aigu . Il y avait de l’air dans tout cela , de l’espace ; la musique respirait . Ces enceintes ont été conçues avec la modestie de quelqu’un qui ne souhaite pas se substituer au musicien mais servir la musique le plus simplement possible. Mais comme on le sait ,s’approcher au plus près de la simplicité, de la nature , de l’épure  c’est ça qui finalement est  très ambitieux ,c’est le résultat de beaucoup de travail . Olivier DEFAYS
Ce dimanche 3 avril 2016, Tayeb Keraoun, Ingénieur Audio (ENS Louis-Lumière. 1991-1994), et moi-même, Mohammed Elliq, docteur en électronique (ULP de Strasbourg. 1994) et enseignant d’électronique et d’électroacoustique à l’ENS Louis-Lumière à Saint-Denis, avons eu le privilège de découvrir le dernier système de reproduction sonore mis au point par Monsieur Karol Korski. Composé d’une paire d’enceintes acoustiques à trois voies à efficacité élevée, ce système couvre de façon continue et harmonieuse l’ensemble du spectre audiofréquence, produit une image sonore parfaite en termes de largeur, de profondeur et de relief. La précision des transitoires est excellente. Les sources sonores sont restituées avec leur homogénéité spectrale et dynamique et sont dépourvues de toute coloration. La localisation des sources sonores est exacte et la sensation d’espace est extraordinaire. Les éléments constitutifs de ce système ont été sélectionnés pour leur excellente qualité et pour leur compatibilité entre eux. Leur fabrication a été soigneuse et n’a fait l’objet d’aucun compromis. Ainsi, le système de reproduction sonore proposé par Monsieur Karol Korski permet de sublimer la restitution audio aussi bien dans le cadre d’une écoute domestique qu’en milieu professionnel, sait se faire oublier et finit par donner à l’auditeur la sensation d’être dans une salle de concert.

Cordialement.

---------------------------------------------------

Mohammed ELLIQ

Enseignant d'électronique appliquée à l'audiovisuel
Responsable du département d'électronique
Docteur en électronique


ENS Louis-Lumière
La cité du Cinéma
20, rue Ampère
B.P. n° 12
93213 LA PLAINE SAINT-DENIS
FRANCE


Tél. : 33 (0)1 84 67 00 82         (Bureau : Salle 1103)
Tél. : 33 (0)1 84 67 00 83         (Laboratoire d'électronique : Salle 1401)
Tél. : 33 (0)1 84 67 00 01         (Accueil de l'ENS Louis-Lumière)
Tél. : 33 (0)6 51 88 26 04        (Mobile)


Courriel : m.elliq@ens-louis-lumiere.fr
Site de l'ENS Louis-Lumière : http://www.ens-louis-lumiere.fr
                   

SOCIETE SPK AUDIO

Karol Korski possède un auditorium performant, où il écoute, compare et mesure la quasi totalité des systèmes dignes d’intérêt. Il les teste et aboutit à une synthèse rationnelle. Il en découle une enceinte acoustique de dimension domestique en forme de guitare, SPK 7312 (H60cm-L36cm-P36cm) intégrant la tri-amplification et qualifiée d’exceptionnelle par David Blécher PDG Présence Audio Conseil, connu et apprécié de toute l’Europe. Ce système comportait plusieurs innovations technologiques brevetées et offrait à l’auditeur une écoute de la qualité d’un monitoring de studio d’enregistrement. Avec cette innovation il crée la Société SPK Audio industrie en 1981, partenaire à 30% avec les Charbonnages de France. Son fameux modèle en forme de guitare sera par la suite largement copié dans le monde entier.
       

SYSTEME ACOUSTIQUE AVEC CAISSON DE BASSES,

SCULPTURE SONORE CREE PAR ARMAN et KAROL KORSKI, PIECE MAJEURE

ARMAN est connu pour ses inclusions dans le plexiglas. Parmi les objets utilisés par Arman, ce sont indéniablement les instruments de musique qui ont donné lieu aux plus nombreuses manipulations : colères, coupes, accumulations, combustions, tirages en bronze et assemblages.
ARMAN avait souhaité que ses instruments puissent prendre vie musicalement. C’est pour cette raison qu’en 1991/1992 ARMAN travaille avec Karol KORSKI à la réalisation d’un caisson de basse fabriqué à partir d’un panneau de plexiglas transparent de 160 X 160cm sculpté par Arman et regroupant plusieurs instruments de musique.
Ce panneau permit la réalisation d’un caisson de 400kg équipé d’un 63cm Fane-Précision Device , apprécié par les professionnels du son et les musiciens du monde entier.
1990 Karol Korski est le premier à créer des enceintes acoustiques en verre : dépôts INPI : N°905792 du 18/09/1990 – N°930643 du 5/02/1993

LA DECOUVERTE DU COLLAGE AUX ULTRAS VIOLETS DONNE NAISSANCE AUX ENCEINTES EN VERRE

Le concept des enceintes acoustiques en verre n’aurait pas pu être réalisé sans la toute nouvelle technique d’assemblage que j’ai découverte en 1989 chez Denis Hayat, Verrier à Paris XIeme. Je rencontrais de sérieuses difficultés dans le collage de l’altuglas que j’utilisais depuis 20 ans. Le collage du verre parfaitement invisible avec une colle qui durcit sous des rayons ultra violets m’enthousiasma immédiatement.
La grande maîtrise que Denis Hayat avait de cette matière, associée à mon esprit visionnaire m’a permis après de nombreuses heures de discutions et d’ébauches, de donner naissance à une gamme de six modèles d’enceintes en verre clair (4 modèles déposés à l’INPI en 1990 et un 5eme en 1993). Ils ont été présentés pour la première fois en janvier 1990 à Paris, au Salon du Meuble sur le stand Sidel International. Je présente également à cette occasion un fauteuil avec home cinéma intégré dont les accoudoirs sont des enceintes ainsi qu’un caisson de basse de 220 L sous la forme d’une table basse. Plusieurs milliers de personnes sont passés sur le stand. Ces produits étaient sans doute trop avant gardistes pour une production en série.

DU VERRE OUI MAIS TOUJOURS DES PAROIS DE FORTE EPAISSEUR

Je comprends très vite que contrairement à l’altuglas les enceintes en verre nécessitent des parois épaisses pour un ensemble très lourd afin d’éviter les vibrations dramatiques qui cassent la qualité (voir article de Jean Hiraga paru dans la revue Audiophile du 28 mai 1983) Mes enceintes en verre ont toujours eu des parois épaisses de 8mm au minimum ou les multiples de 8, pour un poids total pouvant aller jusqu’à 100kgs.

HOMMAGE A DENIS HAYAT

Je veux rendre hommage à la qualité du travail du verrier Denis Hayat a qui de nombreux musées ont fait appel pour la fabrication de leurs vitrines d’exposition : Centre George Pompidou, Musée Rodin, Musée Guimet, Musée de l’Orangerie, Grand Louvre, Musée de la poste…De grandes entreprises telles que Stark, Rhône Poulenc, Galeries Lafayette, YSL pour la fabrication de présentoirs en passant par des chaises, des luminaires, des meubles à tiroirs etc…collage pleine surface, collage verre galbé, assemblage de structure autoportante et de verre galbé sur verre plat…